Bienvenue sur la page publique de l’Extranet du réseau. Les accès ci-dessous sont réservés aux membres du réseau.


ISÈRE : Mobilisation générale dans 55 communes où le vignoble est menacé par une maladie.

mercredi 13 juin 2018

Le département de l’ISÈRE fait l’objet d’une mobilisation générale dans 55 communes où le vignoble est menacé par la maladie de la flavescence dorée. Sur le terrain, un important travail est mené par la FREDON Rhône Alpes (article vu dans ledauphine.com le 11/06/2018).

Ça commence comme du Pagnol, avec le soleil et la chaleur qui réveillent de sa torpeur la cicadelle, lointaine cousine de la cigale. Le souci, c’est que cette bestiole, “insecte piqueur-suceur” de son état, a deux mauvaises habitudes : elle se nourrit de la sève de la vigne et transporte une petite bactérie bien vicieuse. Et là, ça vire au polar, avec des ceps trépassés par milliers et un suspect n° 1 nommé flavescence dorée.

Exagéré ? En 2017, la flavescence a été repérée dans environ 1 255 parcelles du foyer “Savoie-Isère”. Soit 15 789 ceps contaminés à éliminer. Soit, encore, une augmentation de 65 % des atteintes par rapport à 2016. D’où la mobilisation générale décrétée par les autorités, qui parlent de « situation préoccupante ». À partir d’aujourd’hui, c’est un périmètre de 55 communes, contre 50 en 2017, qui est concerné par cette « lutte obligatoire ».

« Probable que la flavescence soit passée dans le compartiment sauvage »
Un arrêté préfectoral vient de tomber pour cadrer la surveillance et le traitement coordonné des vignes. « Le foyer de flavescence dorée a été découvert en Savoie en 2000. Il s’agit d’un foyer important et dynamique », décrit Geneviève Caschetta, chef du pôle qualité et protection des végétaux à la Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (Draaf). « En raison de cet historique, il est probable que la flavescence soit passée dans le compartiment sauvage, infectant des vignes laissées sans entretien ou des repousses sur des secteurs non répertoriés, qui constituent des réservoirs de la maladie à identifier. Pour être efficace, il faut donc que tous les acteurs du territoire agissent de concert. »

Sur le terrain, un important travail est mené par la Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles (Fredon), en surveillance, en prospection et pour vérifier que les mesures sont bien appliquées. Les élus et les particuliers doivent aussi être sensibilisés pour que la lutte soit efficace. Notons que les vignes d’ornement sont aussi concernées par l’arrêté : les dates et modalités des traitements insecticides sont définies de façon ciblée et proportionnée en fonction de la situation locale.

L’espoir des spécialistes : que la poussée observée l’an passé ait été l’occasion d’assainir les vignobles. Les symptômes de la flavescence ne sont en effet pas visibles l’année de l’infection et se manifestent les étés suivants. Il est donc possible que 2017 ait été, en quelque sorte, un moment de purge à grande échelle. Mais ça, c’est l’hypothèse optimiste.

Par François DELESTRE.

Voir l’article : https://www.ledauphine.com/savoie/2018/06/10/mobilisation-generale-dans-55-communes-ou-le-vignoble-est-menace-par-une-maladie