Bienvenue sur la page publique de l’Extranet du réseau. Les accès ci-dessous sont réservés aux membres du réseau.


Vingt communes engagées dans le « zéro pesticide » dans le Giennois

dimanche 9 juillet 2017

Le Pays Giennois va se consacrer aux diagnostics de chacune des vingt communes, qui aboutiront à des plans de gestion adaptés avec la FREDON Centre-Val de Loire qui a déjà accompagné 200 collectivités (article vu dans La République du Centre du 07/07/2017).

Au cimetière de Gien, l’herbe a envahi les allées. Le maire, Christian Bouleau, a promis que ce ne serait plus le cas prochainement, les produits phytosanitaires restant autorisés dans les cimetières et les stades.

Jean-Pierre Pougny, président du Pays giennois, a souhaité que les communes soient accompagnées dans le « Zéro pesticide ».
Depuis le 1 er janvier, les communes n’ont plus l’autorisation d’utiliser des pesticides pour combattre les mauvaises herbes ou les ennemis des plantations. La loi vient casser des décennies d’habitudes, tant pour les personnels dévolus aux espaces verts que pour les administrés.

La manière de travailler a forcément changé et des difficultés se sont peut-être fait sentir pour certaines collectivités. C’est dans l’intérêt général que Jean-Pierre Pougny, maire de Saint-Gondon et président du Pays giennois, a eu l’idée de mettre en place une démarche collective d’accompagnement des communes vers le « zéro pesticide ». « Ensemble, ça serait mieux », résume l’élu, qui a dû convaincre ses collègues maires.

Un marché de 150.000 €

Finalement, un accord a été trouvé l’année dernière et vingt des communes composant le Pays ont accepté le projet. Deux, Adon et La Bussière, sont entrées depuis plusieurs années dans une ère sans produits phytosanitaires. Neuf villages, parmi les plus petits du secteur, ont quant à eux refusé cette démarche commune.

Dommage, car il n’y a que des avantages à en retirer.

Le Pays giennois va consacrer 150.000 € aux diagnostics de chacune des vingt communes, qui aboutiront à des plans de gestion adaptés.

C’est la Fredon (Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles) Centre-Val de Loire, ayant déjà accompagné 200 collectivités, qui a été retenu pour mener à bien cette mission.

Dans un premier temps, et dans chaque ville ou village, il s’agira de réaliser des bilans détaillés des anciennes pratiques, du matériel utilisé, des spécificités des communes. Sera ensuite proposé un plan de gestion des espaces, sans pesticides bien sûr.

« Par exemple, on découpe la commune en plusieurs secteurs. On peut imaginer de laisser des espaces plus verts en périphérie des centre-bourgs », annonce Jean-Pierre Pougny. « Ce diagnostic permet aussi d’adapter le matériel et de savoir de quoi on a réellement besoin. Depuis le "zéro pesticide", il y a des nouveautés et, surtout, il faut préciser que ces matériels sont subventionnés à 80 % par les contrats de pays et les agences de bassins. »

« Mettre la main dedans »
Diagnostiquer, c’est bien, mais communiquer, c’est essentiel. Des réunions d’information à la population seront proposées dans chacune des vingt communes, de même que des actions thématiques, des démonstrations, des sorties.

Car les habitants ont parfois du mal à comprendre que l’herbe fasse son retour en ville, dans les ruelles et sur les trottoirs, accusant trop souvent les employés municipaux de négligence.

« Il faut apprendre à changer le niveau d’exigence, apprendre à regarder son environnement autrement et à mettre la main dedans », espère Jean-Pierre Pougny. « Il y a 40 ou 50 ans, les communes étaient plus vertes, et ça ne choquait personne. Ce qui choque, c’est quand il y a quelques herbes folles. Quand un espace est totalement végétalisé, c’est beaucoup plus joli. »

Mercredi, une réunion de travail a rassemblé élus et personnels municipaux de Poilly-lez-Gien et Saint-Gondon. Les premiers pas d’une démarche commune si utile pour l’environnement.

Pascale Auditeau

Voir l’article : http://www.larep.fr/gien/environnement/2017/07/07/vingt-communes-engagees-dans-le-zero-pesticide_12476199.html